Le célibat, cet enlisement tragique !

Terra ignota admiration par aaron allen westerberg 1

Ah ! le célibat, cet enlisement tragique, cette désolation, ce pathétique journal de la médiocrité aux plaisirs anxieux, confondant les petites habitudes et les grandes traditions, végétant dans une maison de famille parée d’antiquités aux grands airs bourgeois… Vous en avez surement croisé de ces célibataires à « l’irritabilité nerveuse de petite maîtresse ». Misogynes coincés entre une lecture homosexuelle et une appréhension onaniste de la vie amoureuse, songeant, coupe papier au clair, à une vie ombrageuse, aventureuse. De ces collectionneurs de soldats de plomb qui, n’ayant jamais trempé dans le moindre bain d’animalité, de virilité, ayant rêvé de devenir guerrier, puis chasseur, puis collectionneur d’armes, terminent porteur de gerbe auréolé d’un grand prestige auprès de mille putains suries qui finissent par faire un portrait cubique d’une femme jamais réellement approchée. Saloperie d’ersatz de vie qui ressemble bien moins à un parcours initiatique qu’à une suite de faux départs.

Je les hais ces vieux garçons à les entendre prêcher leur vice en jouant de la confusion des termes avec le solitaire, l’ermite ; d’avoir séquestré le mot solitude pour l’abuser ; d’avoir usurpé la réputation d’illustres excentriques pour se parer de leur similitude approximative. Je les déteste ces vieux beaux d’avoir participé, sous couvert de libertinage, à la profanation moderne de la femme pour y placer leur culte du nombril. Plus encore d’avoir contribué à la désacralisation du mariage tourné en mascarade de burlador, pour prescrire leur dépendance aux cartes postales pornographiques, leur attachement aux collections de timbres exotiques, leur inclination à la consommation d’un compte épargne-temps dédié aux lectures mal assimilées, au golf et aux voyages interlopes. Je les vomis ces vieux égoïstes décadents, oisifs perdus au fond des saunas, des fins de soirée et des fauteuils club… incapables finissant leur cycle, sans enfant, en patinant de vieux chiens et de jeunes pages entre deux giclées de mélasse stérile.

 Comment notre société en est arrivée à draguer ces tâcherons de l’individualisme ayant abandonné la vie par succession de petits caprices ? Comment ces déserteurs de la bastide familiale, ces ilotes coincés entre les laids et les médiocres, ont-ils pu colporter l’idée qu’il pouvait exister une éthique du célibat en dehors de celle des ordres religieux ?  Comment expliquer cette adoration de soi proposant comme règle une série de variations sur le thème d’un moi libidineux, étriqué et cruellement dépourvu d’ambition.

 Laissons crever les célibataires, la réalité de la bastide et du clan est une expérience à tenter ! Celle qui va de quelques moments de solitude à l’extrême de la solidarité, celle faite de sang, de joie, de sueur et de larme. Celle du courage de l’amour unique d’une très belle femme absolument intolérante, faite de maintien, de corps et d'esprit. La plus belle femme est une déesse joyeuse baignée dans une infinité de féminités... ses seins font d’elle une mortelle. Dieu que ma femme est belle ! La puissance de la joie est ici. Seul l'amour achevé est parfaitement romantique... On se fout des principes de la modernité portés par ces arides personnages, on veut des lignes de folk, l'amour, la littérature dégagée, l’amitié, l’art. Revenir à la base, se gorger de ce partage. Pour la vie, seul compte l'ordre naturel d’une femme et d’un homme unis, la beauté naît de cette équation.

Laissons crever les célibataires vieux garçons vieux beaux Dieu que ma femme est belle Ethique Esthétique Attitude

  • 10 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Rakham le Rouge
    • 1. Rakham le Rouge Le 13/01/2016
    Ne pas confondre la solitude, et l'isolement, si la solitude est un des meilleurs combustibles de l'âme, l'isolement est un poison..
  • Kev
    • 2. Kev Le 09/08/2015
    Crèvent les narcisses solitaires !
  • Octavius
    Vous parlez de ces misérables célibataires monstres d'égoïsme et d'orgueil, mais ce n'est pas seulement cette race d'esseulés qu'on croise dans le monde.

    Oui, le célibat est aussi pour quelques-uns, peut-être moines ratés, l'état subi ou choisi indispensable à la conservation d'une tenue intérieure, d'un équilibre intime, d'un rêve d'adolescent. Sans jamais être une fin en soi, il est une forme de fidélité à un unique amour en puissance. Serait-ce mieux de dilapider la flamme des ces cœurs généreux dans des relations précaires et passagères ? Il faut dire que l'extrême médiocrité des âmes contemporaines ne facilitent pas les choses. Le romantique fanatique ou le cynique désespéré, seuls et condamnés, attendant une rédemption, ne laissent pas d'être des personnages plus qu'intéressants.
  • Thierry de B.
    • 4. Thierry de B. Le 06/05/2015
    Où le célibat serait l'isolement et non pas la solitude.

Ajouter un commentaire