Fabius, le lyrisme de la soumission