Créer un site internet

Art

  • Dernier sursaut esthétique

    Terra ignota art deco

    La révolte Art déco aura été probablement le dernier sursaut européen de légende, de grandeur, de mystère et d’esthétisme.

  • La danse

    femme-asie.jpg

     

    Celui qui ne sait pas danser fait l’aveu tout bas d’une disgrâce.

     

    Louis-Ferdinand Céline

     

  • Ce fichu désert culturel - Postmodernité

    femme-hedonisme.jpgL’hédonisme postmoderne ! Oh pas celui d’Aristote, ou d’Epicure ! Non ! Celui de l’apparence, du règne sans partage de l’image, de l’exhibitionnisme de l’intimité, des déviants encensés, des collectifs aux intérêts miniaturisés ou de la télévision. Voilà ce qu’on propose comme culture ? La postmodernité … cette fabrique d’écervelés ! Sans pensée,  pas de préliminaire, pas d’après, comme des bêtes cette recherche du coït immédiat. Cette chose immonde, gluante ou tout est culturel, où tout se vaut, n’importe quoi est culture : le sexe, le loto, les gadgets, la publicité, la mode, le maquillage, les colonnes de Buren, le piercing, les jeux vidéo … M’intéresse pas ce structuralisme ethnologique élevant les pissotières de Duchamp au rang de forme différente de la culture. Il n'y a plus ni vérité, ni mensonge, ni stéréotypes, ni invention, ni beauté ni laideur, mais une palette sèche, neutre, étriquée et épuisée. Faudra m’expulser toutes ces couilles molles et leurs égéries dans un désert quelconque voir quelle civilisation ils sont capables de commettre après avoir tué le père. Nous, on pourra de nouveau cultiver notre lopin de tradition avec  des coups de folie qu’on nomme modernité.

    Lire la suite

  • Qu’offre-t-on à notre admiration ?

    Lucas cranach the elder lucretia s suicide detail 1509

    Qu’offre-t-on à notre admiration ? Une brune avec des yeux où tout homme aperçoit un lit défait là où nous désirions l’exemplum antique de Lucretia. Je condamne l'insupportable supplice de la médiocrité tout autant que le suicide de la morale.

    Lire la suite

  • Aux Femmes ardentes !

    Femme ardente

    Tous prônent l'exaltation dans la déchéance, dans la profusion sexuelle, au nom d'une liberté violée et profanée. Je revendique l'ivresse de la grandeur, celle que l'on connaît dans la relation avec une femme ardente, une femme unique.

  • L'écume du peuple

    brian-hatton-english-1887-1916-self-portrait-in-hunting-kit-1903-oil-on-board-hereford-museum-and-art-gallery.jpgLe communisme a politisé l’art là où le fascisme l’a esthétisé, et le peuple fut le spectateur admiratif de ces deux derniers mouvements romantiques d’avant-garde. Dire que le peuple ne peut-être tenu responsable de cette fascination, c’est admettre toute l’inconvenance de la démocratie. Le peuple ne peut avoir raison ou tort selon qu’il serve ou pas les desseins que l’on porte. Il a toujours tort ou toujours raison, les barricades n’ont que deux côtés. Il faut être l’écume du peuple pour échapper à ces contradictions ; je veux dire au dessus, dans un sens baroque et aristocratique.

    Lire la suite

  • Coquetterie romantique

    eugene-louis-gabriel-isabey.jpg

    Le romantisme pousse toujours sur les champs de ruines : les châteaux effondrés de la monarchie, les colonies perdues de l’empire, les statues décapitées de Praxitèle et les reniements de la république. Le romantisme est un sentiment de vaincu, un goût de mort dans la bouche de la jeunesse. Je crois que son seul bienfait est l’éloquence qui le porte, coquetterie lugubre aux frémissements terribles des chants de morts.

     

    Lire la suite

  • L’intuition est un sens qu’il faut écouter, c’est l’instinct qui remonte.

    mysterioushead.jpg

    Attiré par le Grand reportage / style de l’urgence / des idées en maraude / relation entre littérature et reportage / idée de confrérie y compris dans son acception religieuse, une élite / l’épreuve du feu / paquebot, avion, voiture, vitesse / ou un poste consulaire dans une contrée reculée ! C'est grave quand cela prend, ces désirs là. S’imaginer guetteur aux confins du monde ou avant-garde, là où l’empreinte de la folie des hommes est la plus sanguinaire.

  • L'air canaille !

    planche-boxe-big.jpg

     

    J’aime que ma vie soit allée tâter de la canaille : le hasard de la guerre, les bravades des bordées, la littérature dégagée et l’élégance de l’amitié.

  • Bonne entente !

    joseph-michael-gandy-cenotaphe.jpg

    Néoclassique : Ca rassure les parents, les anciens ; ça fait entrer les jeunes dans le salon et permet à tous de parler de vieilles gentilhommières et de révolution en pensant exprimer la même chose.

    Lire la suite

  • Vivre avec panache ...

    duel-homme-duellistes.jpgL’air du temps me fait craindre le pire : l’abandon du panache et de l’insouciance.

  • A mes ombres !

    nachtzee.jpg

    Grâce aux ombres je parviens à atteindre une lumière. S'il n'y a pas de contraste, il n'y a rien… Et cela aussi bien en littérature qu'en peinture.

     

    Jean-Claude Pirotte.

  • Bleu celte

    1917-leon-ruffe-le-dechargement-du-poisson-a-camaret.jpg

    Un bleu Celte ça doit exister, il y bien un bleu Crétois et un Bleu de Prusse. Je le vois, sur la palette, entre le reflet de l’ardoise, le ciel coléreux plongé dans la mer et la caresse de la nuit sur le granit des pierres levées. C’est parfois celui que l’on aperçoit dans le profond du regard des marins bretons.

    Lire la suite

  • L’éphémère est à la modernité ce que l’éternel est à l’art !

     

    galerie des têtes.jpgNous n’attendons plus de l’art le salut ni la transfiguration de la vie : il ne les donna jamais, sinon quand il servait fidèlement la religion. Nous en attendons cependant autre chose que du divertissement et de la décoration. Nous n’attendons plus de l’art le rêve d’une communauté qui surmonterait les divisions de la société : il ne les procura jamais, sinon quand il servait fidèlement la domination. Mais nous en attendons quand même autre chose qu’un instrument de différenciation sociale pour la classe de loisir. Nous n’attendons plus de l’art la relation avec le génie mais nous aimerions y faire l’expérience d’autre chose que des dernières subtilités à la mode. Nous avons envers l’art des attentes complexes, mêlées et mélangées : elles recouvrent en partie nos attentes envers la religion et la magie, en partie les valeurs d’utopie, mais elles reprennent aussi la charge du jeu et du divertissement. À travers le concept flou de l’art, nous formulons en fait des attentes contradictoires… qui ne trouvent pas à se formuler autrement que dans cette confusion. Nous voudrions y trouver ce domaine impossible où coexistent la critique, le divertissement, l’élévation, la grandeur, le génie, le plaisir, et même le drame de notre condition — avec pour couronner le tout un sentiment finalement aigu du caractère dérisoire de toutes ses attentes et de leur impossible coexistence.

    Yves Michaud

  • Destin contre hasard

    roulette-russe.png

    Il faut excéder la vie, happer tout le souffle, tétaniser le monde, être une fulgurance incontrôlée, cabrée, sinon prendre le raccourci foudroyant de la roulette russe. A défaut de destin, certains sont voués au hasard.

  • L'art au féminin

    femme-nature-morte.jpg

    On dirait que les femmes sont par nature ce que nous sommes par art et que leur art est notre naturel.

     

    Friedrich Novalis

  • Old soldiers never die.

    rugby.jpgOld Soldiers Never Die / Never die, never die / Old Soldiers Never Die / They just fade away...

    "Irish rugby song"

    Lire la suite

  • Le baroque, c’est la fin du réalisme merveilleux !

    1618-peter-paul-rubens-la-bataille-des-amazones.jpg

     

    Il fallait être baroque de 1965 à 1985 lorsque c’était encore un abus de langage condamné à mort.

     

    Lire la suite

  • Armanisation !

    exp-armanlexpo.jpg

    L’armanisation[1] du journalisme. Maudite tournure d’esprit !



    [1] Arman et son principe de récupération des déchets dans son tableau ‘Poubelles ménagère » 1960

  • Esthétique ...

    Excess

     

    Nous n’avons plus les dents blanches depuis que nous avons rejeté les salons d’esthéticiennes au profit des cuissots braisés, des alcools forts et des cigares ! C’est un choix de vie.

    Lire la suite

  • Le beau !

    duchamp-fountaine.jpgNous avons abandonné ce principe qui fixait que l’art était d’autant plus beau que ce qu’il représentait était noble. Nous l’avons abandonné pour sombrer dans cette unique exigence moderne que l’art n’est admirable que dans ce qui était laid, commun, éphémère, immoral.

    Lire la suite

  • Eloge de la simplicité

    Simplicité

    Rien ne peut nous empêcher de redevenir des barbares le jour où nous cesserons d’admirer la noble simplicité.

    Lire la suite

  • Anti-héros

    Nain de jardin

     

    Le nain de jardin, c’est l’anti-héros de l’Art ! Enfant du divorce de l’éthique et de l’esthétique. Finalement le kitsch reste un banal fait de société.

    Lire la suite

  • Sabre au clair !

     Femme au sabre

     Depuis que les grecs ont délaissé les canons, les jeunes filles s’aiment en Botero et les hommes en Androgyne. Si l’artillerie n’est plus l’instrument de la victoire, il ne faudra pas hésiter à mener des charges, sabre au clair !

  • Tout passe, l’art robuste seul à l’éternité !

    Statue pigeon

    Imaginons l’art moderne comme étant les Inflatable Rabbit de Koons exposés dans les jardins de Versailles, les Personnes de Boltansski au Grand Palais, la Pyramide de Ming Pei au Louvres, le Pont emballé par Christo, la Joconde moustachue de Duchamp, l’Arbre aux voyelles de Penone dans les jardins de Le Nôtre. Enlevons le pillage, l’imposture et l’arnaque ! Il reste d’un côté, une baudruche, des déchets, un chiffon, un fantasme de barbier, un arbre pétrifié et de l’autre, Le Château de Versailles, le Grand Palais, le Louvres, le Pont Neuf,  la Joconde, les Tuileries. L’art véritable est l’éternel, le reste je le voie comme le guano sur la statue d’un jardin public.

    Lire la suite

  • La nature de l'art est de se mettre en danger !

    L’art survivra à ses ruines   - Anselm Kiefer

    Danaé

    Lire la suite

  • Dandysme

    L homme au front rouge jean helion 1946

    L'art est inutile

    Je suis une oeuvre d'art

    Je suis inutile

    Lire la suite

  • Le beau académique !

    hugo.jpgVictor Hugo a été pour la littérature ce que David fut pour la peinture, le coup de règle du professeur d’académie sur les doigts du virtuose.

  • Le Japon irradie enfin

    guerre-kamikaze1.jpgL’allemand, le japonais, l’américain, chacun sur son continent s’est évertué à tuer l’imagination, l’esprit, l’enthousiasme et l’art pour imposer l’austérité du jugement, du savoir, du calcul et de la science. C’est la victoire convoitée de la mécanique sur l’aventure. C’est le genre de pari qui fini toujours par un seppuku selon la plus pure tradition. Et ça, c’est l’éclat galvanisant et mystique de l’art.