littérature

  • Je n’ai pas de Panthéon

    Je n’ai pas de Panthéon, même littéraire, chez moi, tout s’organise en circonstances. Je lis Maïakovski quand je bois de la vodka, d’Aurevilly quand j’ai besoin d’éclat baroque, Huguenin pour un retour à une certaine naïveté de bord de mer, Nimier pour l’insolence hussarde, Apollinaire quand le monde me fatigue.

     

     

  • Je vais aller accueillir la nuit

    Terra ignota les eaux claires des mythes grecs

     

    Je vais aller accueillir la nuit avec des offrandes : une musique révoltée et un alcool fort. Alors, je me replongerai dans l’Iliade et l’Odyssée pour me laver des souillures contemporaines aux grandes eaux claires des mythes grecs. Il y a des dieux à ne pas fâcher.

     

     

     

  • Le camp des barbares

    Terra ignota se sentir barbare

    Un livre à la main en zone contemporaine… se sentir étrangement, non plus suranné, mais barbare.

     

     

  • Les barques de naufragés

    Terra ignota lit raskar kapac 2

    Petit matin. Café noir, serré. La foule commence à gonfler le long des avenues qui coulent vers la Seine. Quelques personnes viennent s’échouer sur les tables rondes de la terrasse et m’imposent leur regard enfoncé dans leur gorge serrée, comme une bile de mélancolie. Je règle mon café et pars vadrouiller à contrecourant, libre de mon temps. J’entre dans une librairie. J’échappe au flot. Une belle femme racée remet à sa place un petit rat d’université agrippé à ses journaux, à son aspect convenu, à sa carte de réduction de professeur d’université qu’il brandit comme un Ausweis. On ne peut imposer de limite à la vulgarité bourgeoise. Elle, maintient son sourire comme une dernière touche élégante portée au rat qui s’échappe rive gauche, dans le flot. Je croise l'ombre acérée des beaux yeux sombres et vifs de cette femme qui, à elle seule, justifie Paris, l’amour, la beauté. Elle pose un journal grand format sur le présentoir de la caisse : «Trois euros madame !». Elle porte encore du sourire, une trace, une ébauche sûre, avant de quitter la librairie vers la rive droite. Immédiatement, elle paraît encore plus belle.

    Le journal de la belle inconnue se vend sous le nom de "Raskar Kapac". Huit pages sur papier élégant, vierges de toute réclame. On y parle d’un esprit tourmenté - Jean-René Huguenin - de rugby, de peinture. C’est une gazette, un N°1, une promesse. Prose colérique et provocante. Je souris en pensant à cette étrange complicité avec cet ancien mensuel Rennais, "Le Boutefeu", autre barque de naufragés que je feuilletais sur la terrasse du Picca les après-midi ensoleillés, à la fin de la longue saison amusante de l'âge ébouriffé.

    J’emporte le dernier exemplaire du journal. Ce sera ma lecture du soir, en écoutant « Feu ! Chatterton », un rock français, élégant, au langage châtié :

    «Madame, je jalouse

    ce vent qui vous caresse

    prestement la joue»...

     

  • De la poudre à l’encre

    Terra ignota par la poudre

    Il est toujours préférable de passer de la poudre à l’encre. C’est une preuve que sa jeunesse a été explosive ! Je trouve étranges ceux qui se construisent un désespoir avant de bâtir une vie.

     

  • L' atlas désinvolte

    Terra ignota geopolitique du chaos

    J’ai une conception romanesque de la géopolitique pour avoir été instruit entre un pistolet et une bibliothèque.

     

  • Le gros cul des écrivains

    Terra ignota l encre et la plume1

    Auteur, j’aime bien ce titre. En littérature, il laisse entendre bien de choses que le mot écrivain masque derrière son gros cul. Faut-il souligner que ce nom est du même arrondissement que l’artiste – dans le 1er du dictionnaire s’il vous plaît - et qu’il peut être entendu comme auteur d’un crime ou auteur d’un écrit. C’est d’ailleurs cette ambiguïté qui me charme, quand on sait que le crime pourrait être d’avoir botté le cul d’un écrivain. Auteur de crime de lèse-majesté. Mais dans cette caste, j’avoue une préférence pour l’auteur de roman ou de romans selon l’inspiration. Cette particule donne un air aristocratique, dégagé qui convient à une certaine insolence.

     

  • J'ai des ambitions d'été

    Pelin soleil

    J'ai des ambitions d'été, de plein soleil... des envies de rhum, d’exécutions et d'auteurs italiens.

  • C'est la légèreté qui est sérieuse

    00 terra ignota lecture et aventure

    Je suis pour une littérature de grand air et non pour une littérature aux grands airs.

  • Thé, vodka et littérature.

    the-vodka-et-litterature.jpg

    Thé, vodka et littérature. Par résonance, toute trinité est un peu sacrée.

  • Ecriture, rupture !

    Terra ignota ecrire bureau

     

    L‘écriture est toujours un moment asynchrone en rupture avec le monde.

     

  • Littérature étrangère

    litterature-etrangere.jpg

    La littérature étrangère, c'est comme une migration: elle arrive forcément quand il y a des vides à combler.

    Julien Gracq

  • L'essentiel ...

    2012 jpb roger nimier aston martin

    Je suis heureux de ressembler [aux hommes] dans les actions essentielles de la vie : j'aime leurs églises et leurs tableaux.

     

    Roger Nimier

    Lire la suite

  • Une balle dans mon stylo !

    gun-by-pixie-meat.jpgJ’écris pour ne pas assassiner ! Voyez combien la littérature adoucit les mœurs ! Alors tirons chaque mot  à bout portant, comme une mise à mort !

  • Ecrire ...

    1863-robert-j-bingham.jpg

    Toute écriture mythifie la réalité. Il y a toujours la lame de fond éthique et le coup de pinceau esthétique, deux moments d’une même impulsion.

    Lire la suite

×