Créer un site internet

A la manière de

A la manière de

Cap saint jacques

A la manière de... version militaire du poème de Prévert "ceux qui copieusement..." Poème anonyme et virulent, circulant sous le manteau des Lieutenants en Indochine où il connut un immense succès. Il a pour auteur un officier de l’État-major du Colonel Gilles. Cette virulence bien connue et cultivée avec soin chez les officiers subalternes (plus rarement chez les officiers supérieurs), ne les empêchait nullement de se faire tuer avec panache en grand nombre... On peut dater ce texte entre la décision que le Général de Lattre eut de ceinturer le delta utile d'une série de fortifications en béton et celle où il "limogea" une importante quantité d'officiers, notamment d'officiers supérieurs et généraux, pour motif d'incompétence professionnelle, ce qui ne s'était jamais vu auparavant.

 Il s’intitule : "ceux qui sont, parce qu’il y a des cédilles".

 Ceux qui volontaires

Ceux qui d'office

Ceux qui font campagne simple aux TOE en attendant que ça se passe

Ceux traquent

Ceux qui détraquent

Ceux qui half-trackent

Ceux qui pitonnent

Ceux qui bétonnent

Ceux qui déconnent

Ceux qui ouvrent la route et qui ont juste le droit de la fermer

Ceux qui l'ancre au béret

Ceux qui l'encre au stylo

Ceux qui donnent des ordres

Ceux qui les transmettent en les améliorant

Ceux qui se demandent comment les exécuter

Ceux qui disent qu'on est commandé par des cons sans se rendre compte qu'ils pourraient faire partie du haut-commandement

Ceux qui cravate verte

Ceux qui cravate noire

Ceux qui aimeraient bien en avoir une de la couleur de leur burnous

Ceux qui n'ont pas besoin de couleur pour leur cravate

Ceux qui prennent des armes à l'ennemi

Ceux qui font plutôt des prises d'armes entre amis

Ceux qui au régiment

Ceux qui à la division

Ceux qui au corps d'armée

Ceux qui à l'assaut et qui n'ont rien parce qu'ils se retrouvent tout seuls

Ceux qui meurent en héros modestes

Ceux qui ne sont ni héros, ni modestes, mais qui ne meurent pas

Ceux qui "Parapluie... on"

Ceux qui "En avant vous autres"

Ceux qui tirent sur tout ce qu'ils voient

Ceux qui surtout tirent avant de voir

Ceux qui ont compris et qui se couchent en voyant arriver la Marine

Ceux qui se planquent même où la Marine ne vient pas

Ceux qui chinoise

Ceux qui cambodgienne

Ceux qui vietnamienne

Ceux qui vénérienne

Ceux qui plieuse de parachute pour avoir la solde à l'air

Ceux qui se contentent d'amours masculines ancillaires

 Tous ceux-là et beaucoup d'autres encore qui n'osaient plus comme autrefois crier "MORT AUX CONS" de peur de se retrouver tous sur les diguettes de la vie éternelle, avaient tout de même fini par se mettre d'accord et par retrouver le sourire et un air indulgent en contemplant de grands diables tout noirs avec des dents très blanches encadrés de Capitaines ventrus doublement hameçonnés et la devise de tous à ce spectacle était désormais : "Dans l'béton les plus cons." Ce qui était faux tout de même car il n'y avait pas de béton assez important pour nécessiter la présence et justifier la solde de certains Officiers Supérieurs.

 

Sans titre raffalli

 

 

 

 

  • 2 votes. Moyenne 4.5 sur 5.

Commentaires

  • baal
    • 1. baal Le 09/07/2015
    J'ai retrouvé les paroles, c'est sur LA RUMEUR - Le hors piste - YouTube

    Ceux qui subissent, ceux qui en profitent
    Ceux qui restent à la traîne parce que d'autres avancent trop vite
    Ceux qui brûlent des terres, ceux qui en récoltent la poussière
    Ceux qui suivent la cadence, ceux qui entrent en dissidence
    Ceux qui niquent tout à en crever, ceux qui poussent à tout niquer
    Ceux qui niquent tout à en crever, ceux qu'on paie pour nettoyer
    Ceux qui à l'ombre des tours survivent de petites courses
    Ceux qui licencient en aboyant des chiffres à la bourse
    Ceux qui éclatent leur fric, ceux qui éclatent de rire
    Ceux qui éclatent à coups de cric, ceux qui éclatent en sanglots
    Et n'en reviennent toujours pas de finir derrière des barreaux
    Ceux qui bousillent des vies en prononçant des peines de salaud
    Ceux qui interpellent, tabassent, balancent à l'eau
    Ceux que l'uniforme à fait mourir de détresse
    Ceux qui passent un concours pour devenir CRS
    Ceux qui apprennent à se vendre, ceux qui préfèrent se rendre
    Ceux qui savent et qui se taisent
    Ceux qui se taisent pour n'avoir jamais pu parler, ceux qu'on force à parler
    Ceux qui se bouchent les oreilles lorsque les mots les effrayent
    Ceux qui privent de lumière, ceux qui recherchent et nous éclairent
    Ceux qui donnent et ceux qui prennent
    Ceux qui prennent et jamais ne donnent
    Ceux qui n'attendent plus rien de personne
    Et regardent se ranger les moutons qui moutonnent
    Dès que la fin de la récréation sonne
    Ceux qui nous promettent la vie de rêve et le bonheur
    Et ces cons qui vont voter tous les sept ans à la même heure
    Ceux qui se réfugient derrière une couleur, un parti, un drapeau
    Ceux qui chient encore dans le pot
    Ceux qui se battent, ceux qui s'en battent
    Ceux qui luttent, ceux qui se lamentent
    Ceux qui rêvent les poings fermés que leur compte en banque augmente
    Ceux qui vivent comme des pachas de leurs rentes
    Ceux qui font évacuer des appartements
    Ceux qui couchent dehors sous tous les temps
    Ceux qui ne connaissent d'un pays que la fange et les insultes
    Ceux qui se tuent à des travaux de brute
    Ceux qui s'abreuvent du sang et de la sueur de l'homme en fieffés fils de pute
    Ceux qui agressent la vie, ceux qui caressent la vie
    Ceux qui aiment et voudraient aussi être aimés
    Ceux qui s'aiment trop et n'aiment pas assez
    Ceux qui nous empoisonnent l'existence par fonction
    Ceux qui nous affligent d'être tous les soirs un peu plus cons
    Ceux qui nous rendent tous les jours un peu moins cons
    Ceux qui distillent la rumeur depuis les bas fonds
    Ceux qui ravivent le rap dans des caves à l'étroit
    Ceux qui débarquent et font leur beurre du rap en six mois
    Ceux qui ont acheté ce disque sans l'avoir écouté
    Ceux qui écoutent ce disque sans l'avoir acheté
    Et ceux que j'ai oublié en chemin
    Ceux qui se cachent derrière d'autres mots que les miens

    Parce que tout ce putain de monde existe
    J'ai choisi mon camp, et pratique le hors-piste
  • baal
    • 2. baal Le 27/09/2014
    ca me fait penser a une chanson du groupe de rap "La Rumeur intituler "le hors piste" ,ils ont du s inspirer du poeme

    (je vous l aurais bien mis en lien mais comme on peut pas faire de copier/coller ... quelle connerie soit dit en passant)

Ajouter un commentaire

 
×