Créer un site internet

Religion

  • Mauvaise graine, bon chrétien

    Terra ignota chretien

     

    J’ai toujours préféré la chrétienté qui n'a pas besoin de l'autorisation des curés pour agir chrétiennement. On ne me refera pas, je me méfie de l’homme, même en froc et goupillon.

     

     

     

  • A l'abattoir ! A l'abattoir !

    Terra ignota sacre coeur

    L'homme débarrassé de toute trace de religion, consciente ou non, est bon pour l'abattoir des grandes guerres démocratiques.

     

  • Les brèves incertitudes douloureuses

    Terra ignota st georges protege ma famille

    Sans se renier et en toute franchise, il faut bien avouer un ou deux moments incertains de sa vie où l’on en veut aux héros de nous rappeler qu’ils ont existé ; et de leur préférer brièvement les martyrs, uniquement parce que la partie douloureuse de leur vie nous les rend plus accessibles immédiatement.

  • Beauté grisante de la prière

    Terra ignota priere

    Ne t'attaque pas à quelqu’un si tu ne sais pas ceux qui prient pour lui.

     

  • On s'en fout !

    Terra ignota religion impose ta foi

    On s'en fout de croire en Dieu, puisqu'il qu'il existe !

     

     

     

  • La mêlée !

     

    La mêlée

    Certains sont entrés dans le rugby comme d’autres entraient en religion au temps des croisades : Il s’en suit une liste de martyrs mais aussi de saints et de renégats. Roger Nimier disait d'ailleurs, "l’homme naît mauvais, la société le déprave, mais le rugby le sanctifie".

     

    Lire la suite

  • Ne craindre ni la sacralité, ni les sentiments.

    Terra ignota ne crains ni la sacralite ni les sentiments

    Le fond de mon enseignement consistera à te convaincre de ne pas craindre la sacralité et les sentiments, dont le laicisme de la société de consommation a privé les hommes en les transformant en automates laids et stupides adorateurs de fétiches.

    Pier Paolo Pasolini

     

     

  • A la portée des hommes

    Terra ignota destin et dieu

    L’homme n’est capable que de hasard, Dieu seul offre un destin.

  • Nous sommes des êtres puissants

    Soufflez sur vos braises interieures terra ignota

    Soyez inutile ; j’ai bien dit  inutile ! Le monde s’épuise à distribuer des rôles.  L’individu a renoncé à vivre pour se vendre. Il a baissé la tête et renoncé à sa dignité. Il faut retrouver un contact direct, immédiat, avec la vie. Fonder son existence à partir de ses émotions, prendre du temps pour prier, se débarrasser de l’illusion de la réussite et admettre le sens tragique de la vie. Nous sommes des êtres puissants. Il est grand temps de souffler sur les braises de nos feux intérieurs. Soyons inutiles et devenons des hommes.

     

  • Les prémices d'un requiem tragique

    Affiche ligne rouge 1

    Il n'était encore qu'un soldat, avant de devenir un soldat perdu....Tout, ici, respire les prémices d'un requiem tragique !

    Patrick Mahé, Les Oies sauvages meurent à Mexico

    (Hommage à John O'Reilly du Bataillon Saint-Patrick, alias les San Patricio).

    Lire la suite

  • Fallait pas assassiner la charité chrétienne

    By aitor lara

    M’emmerde cette déclaration des droits de l’homme, celles du Conseil de l’Europe et la phraséologie creuse des collectifs communautaristes… la pauvreté est là ! Elle pue ! Il faut la déloger à coup de solidarité, la chasser manu militari des culs de basses fosses, à grand renfort d’entraide.

  • Contre vents et moulins.

    guerre-perdue.jpgM’emmerdent avec leur athéisme cosmopolite, je prends rang parmi les coupables ultimes d’une croyance en un Dieu bon et généreux.

  • La pêché est soluble dans la psychanalyse !

    psychoanalysis.jpgLa psychanalyse, c’est l’absolution sans pénitence où le pêché est une maladie remboursée par la sécurité sociale.

  • L'empreinte d'Homère.

    affiche-terra-ignota-karen-freedom-fighter-3.jpgEnvie d’être un enfant de l’histoire, de croire que même si les combats d’aujourd’hui sont servis par la technologie au lieu de l’être par le guerrier pur, l’empreinte d’Homère y reste toujours présente. Le goût des armes, des déluges de feux, de l’irruption, le besoin de s’ordonner, la force du sacrifice consentie, l’idée de confrérie ainsi que celle de sauver la veuve noire et l’opaline évanescente, arrogante de beauté, tout convie à être soldat.

  • Open for more than 2000 years

    Terra-ignota-religion.jpgCathophobes haineux, repentants serviles, communautaristes belliqueux, usuriers historiques, athées théocratiques, adeptes du veau d’or, démocrate dogmatique, déviants sexuels, votre printemps me fait penser à l’allergie du rhume des foins plutôt qu’à l’arrivée des hirondelles.

  • Les jeux du cirque

    affiche-terra-ignota-catholic-franchise-purete.jpgLa religion chrétienne a supprimé les sacrifices humains, l'esclavage, les jeux du cirque, la divinisation de l'homme par lui-même. La modernité fait le chemin inverse.

  • Dieu est dans la rue

    god-bless-my-family.jpgGod bless my family !

  • Mauser pray for us !

    terra-ignota-my-mauser-priest.jpgJe veux un catéchisme du Talion, des croisades et des conquêtes.

  • Ce que Dieu créé

    Terra ignota la civilisation se meurt

    Il faut combattre le puritanisme protestant et restaurer l'hédonisme catholique. Les plaisirs que Dieu créés ne peuvent être mauvais !

  • Les affamés !

    2012-jpb-je-suis-un-mystique-vieilli.jpg

    Toutes les faims mènent à Dieu - Jean-René Huguenin

  • Fonts baptismaux

    baptisterio.jpgJ’ai cru les fonts baptismaux trop loin de mon orgueil ; insolence qui m’a placé longtemps dans la zone hautement hasardeuse des perspectives aventureuses de maraudeurs parfois géniaux.

  • Divine obéissance

    gustave-dore-la-bible-ancien-testament-dieu-cree-la-lumiere.jpg

    Ce que j’aime dans le divin, c’est l’obligation faite aux hommes de devoir rendre compte à quelqu’un, ou mieux encore, le devoir d’obéir.

  • Charité

    statue-de-saint-jean-de-dieu-a-barcelone-xviie.jpg

    La charité chrétienne était si liée avec la pauvreté que la société idolâtre l’a également marquée du sceau de la honte.

    Lire la suite

  • Je suis un illuminé !!!

    femme-tamaghis.jpg

    La Bible, c’est le Dalloz des petites vertus et le cryptogramme des mystiques.

  • Oublié des Dieux !

    chapelle-pol.jpg

    Viens avec moi je te dirai les dieux fraternels dans les chapelles bleues.

    Xavier Grall

  • Astre éteint ...

    Monastère serbe.jpg

    La ruine, sceau d’infamie de la trahison de l’homme, astre définitivement mort.

  • Mon rite extérieur ...

    paul-oglesby-30th-infantry-standing-in-reverence-before-an-altar-in-a-damaged-catholic-church-acerno-italy-wwii.jpgLa religion est mon rite extérieur, un héritage culturel. Mon rite intérieur est ma part d'ombre et de silence, ma partie noble ainsi que mes colères ou parfois Dieu ne trouverait pas sa place.

    Lire la suite

  • L’éphémère est à la modernité ce que l’éternel est à l’art !

     

    galerie des têtes.jpgNous n’attendons plus de l’art le salut ni la transfiguration de la vie : il ne les donna jamais, sinon quand il servait fidèlement la religion. Nous en attendons cependant autre chose que du divertissement et de la décoration. Nous n’attendons plus de l’art le rêve d’une communauté qui surmonterait les divisions de la société : il ne les procura jamais, sinon quand il servait fidèlement la domination. Mais nous en attendons quand même autre chose qu’un instrument de différenciation sociale pour la classe de loisir. Nous n’attendons plus de l’art la relation avec le génie mais nous aimerions y faire l’expérience d’autre chose que des dernières subtilités à la mode. Nous avons envers l’art des attentes complexes, mêlées et mélangées : elles recouvrent en partie nos attentes envers la religion et la magie, en partie les valeurs d’utopie, mais elles reprennent aussi la charge du jeu et du divertissement. À travers le concept flou de l’art, nous formulons en fait des attentes contradictoires… qui ne trouvent pas à se formuler autrement que dans cette confusion. Nous voudrions y trouver ce domaine impossible où coexistent la critique, le divertissement, l’élévation, la grandeur, le génie, le plaisir, et même le drame de notre condition — avec pour couronner le tout un sentiment finalement aigu du caractère dérisoire de toutes ses attentes et de leur impossible coexistence.

    Yves Michaud