mer

  • La mer, comme le désert, sont monothéistes

    Terra ignota la mer est monotheiste

    La mer, comme le désert, sont monothéistes. Les petits dieux arrogants sont faits pour l’égoïsme de la ville et l’enfermement du bocage.

     

  • Certains paysages sont des états d’âme.

    Terra ignota nicolas de stael

    C'est l’été, c'est le soir. Des nuages effilochés comme des gazes légères filtrent déjà l’azur. Je suis là, énervé des senteurs du maquis du cap corse… encore rouillé de l’hiver et empuanti de la ville… attendant la caresse purificatrice du Libeccio. C’est exactement la couleur sensible et pure du silence qui se peint ici, dans les tons éclatants d’une peinture épaisse de Nicolas de Staël, sans l’ombre d’un être vivant. La terre a passé, en strates successives de grands traits verts stridents aux plus sombres. Le ciel, dans une déchirure vermillon, fait surgir la mer dans l'événement du bleu. Certains paysages sont des états d’âme.

  • J'espère un peu de vent.

    Terra ignota j espere un peu de vent

    J'espère un peu de vent, un peu de pluie, un peu de distance et de solitude.

  • Je rêve d'escales

    Terra ignota je reve d escales

    Je rêve d'escales dans des ports mythiques, avec leurs rades, leurs quais bruyants de bars de marins, leurs navires au mouillage baigné dans l'odeur de fioul lourd et de poisson. J’entends la musique envoûtante de l’aventure romantique des fortunes de mer aux milles parfums du monde.

  • A tous vents

    Terra ignota corto maltesse

    Rien ne me hante plus que les vents marins ; leur promesse d'aventure.

     

     

  • L’alliance des mâts qui défie les tempêtes

    Terra ignota alliance des mats

    Plus tard, je vous parlerai des paysages irréfutables de l’alliance des mâts qui défie les tempêtes et de cette légèreté si spéciale des matins de pleine mer, lorsque la peau hésite... 

     

  • Il en restera toujours quelque chose

    Terra ignota voyage 2

     

    Il n'y a pas de grand voyage sans péché.

     

  • Banquette 612

    Terra ignota photo tomislav grzunov

    Ai croisé un jeune d'aujourd'hui : dépeigné de plusieurs jours, avachi des paupières, les chairs déjà molles, sérieux, le nez mal planté, le menton fuyait là où le sourcil avançait planté sur une arcade sombre. Large bouche, dents espacées, lèvres colériques et bleues, aucune harmonie ne venait lier chacun des traits. Un pilier du genre ! Enfoncé dans une nonchalante affligeante, il ne faisait manifestement aucun effort pour tenir une posture. Ses formes épousaient exactement l'air du temps et le fauteuil pullman 612 du navire de traversée vers la Corse. Il dévisageait chaque passager, essayant de trouver chez eux quelques points communs qui pourraient l'ancrer dans l'espèce humaine. Las, il s'exhiba avec un magazine faisant l’apologie du spécisme.

    Je glissais ma main dans mon vieux sac bergam, pris un papier bristol et rapidement je griffonnais " On ne tombera qu'après avoir osé de grandes choses". En toute discrétion, je fis pousser la missive vers le passager 612, par le biais d’un personnel de salle. A la lecture de l‘aphorisme de Sénèque, le jeune balaya la salle, l’œil enfiévré. Il s’était relevé, le torse bombé, le menton fièrement dressé, la mâchoire serrée. Je venais de lui offrir quelques promesses viriles de cicatrices d’homme. Je pris une rasade de rhum de ma fiole et me tournais vers le grand espace marin. 

     

    Lire la suite

  • L'heure bleue

    Terra ignota l heure bleue

     

    La couleur de la noirceur n’est pas noire. Regardez mes nuits blanches, elles sont bleues !

     

  • La ville, la mer, la campagne ...

     

    La mer

    Une ville qui ne serait pas tournée vers la campagne ou vers la mer est une ville maudite

     

     

  • En ces temps pressés...

    Terra ignota les longues heures

     

    En ces temps pressés, je me fabrique de longues heures.

     

     

  • Les hommes qui rêvent

    Terra ignota anne magill 1962 british painter never let me go tutt art 40

    Les hommes qui rêvent poursuivent leur chemin qui n'est autre que celui que veulent le hasard, la bagarre, la mer, et les femmes. Ils sont justement persuadés qu'en cela consiste l'essence d’une vie aventureuse.

     

    Lire la suite

  • L'art de vivre

    Terra ignota une vie aventureuse

    Quelques signes d’un art de vivre sont ma justification de l’aristocratie.

     

  • Je croise les ruines de l’été

    Terra ignota face a la mer

    Je croise les ruines de l’été où s'agitent les dernières lumières malmenées par la pluie, la tempête et le ruissellement des vagues ; tous ces assauts d’automne qui viennent préparer la terrasse inhospitalière de l’hiver, sous un pin grandiose où s'amuseront les choucas. Et assis sur cette terrasse, alors que mon chapelet tournoiera encore dans les vents passagers, je viderai mon verre à la détestation des hommes perdus dans une errance sans astre et sans plus aucune croyance une fois leur soleil estival perdu dans les gris persistants.

     

  • L'attente

    Terra ignota pacific

    L'attente, comme un tableau de John Register, où un homme, le front collé sur la vitre de la terrasse du port, voit venir le navire qui l'emportera bientôt avec les figures enfiévrées de ses rêves : l'aventure, l'inconnu...  

     

    Lire la suite

  • Vouloir la pleine mer et vivre dans les brisants…

    Terra ignota vivre dans les brisants

    Vouloir la pleine mer et vivre dans les brisants…

     

  • Du vent de l’hiver il ne reste plus rien

    Terra ignota au bord de la terrasse

    Je vais m'asseoir là, sur la terrasse au bord de mer.

    Le vinyle craque sous les notes de Chet Baker.

    L’ivresse n’est pas venue. C’est pourtant une nuit à faire des feux d'artifice.

    Tout me semble soudain si tamisé à l’ombre d’un soleil qui s’endimanche.

    Du vent de l’hiver il ne reste plus rien à part quelques frissons.

     

  • Les longs jours des grandes plages encore muettes

    Terra ignota long jours des grandes plages desertes

    Prolonger la belle saison des longs jours des grandes plages encore muettes d’avril.

     

  • A l’ombre des grandes canonnières

    Terra ignota sur un simple frisson du vent 1

    Plus personne ne se baigne à l’ombre des grandes canonnières, sur les plages froides de l’Atlantique.

     

    Oh ! s’en foutre. S’en foutre, est une possibilité. Prendre quelques milles d’indifférence...

     

    Mais voilà que le long des golfes bleus, contre le reflet clair d’une digue abandonnée à la nuit, j’ai vu une femme postée en sentinelle. Et il me plaît de croire que son parfum d'envolées animales n'exista que porté par un frisson venant des rives de méditerranée, où les femmes ont des fusils et méprisent les hommes qui ont fui.

     

    08 mars 2016,

    Canonnière « La Rebuffade »,

    au large des côtes bretonnes.

     

    Lire la suite

  • A quoi pensais tu ?

    Terra ignota je pense a la mer2

    A quoi pensais-tu étant jeune ?

    -           A demain.

    A quoi penses-tu maintenant ?

    -           A la mer !

     

  • Il existe toujours des lieux inutiles où se perdre

    Terra ignota bord de mer 1

     

    Il existe toujours des lieux inutiles, sources d’imminentes joies de vivre, où l’on risque encore de se perdre d’être surpris.

  • L’exaltation colorée des bleus méditerranéens

    Terra ignota nicola de stael

    Nicolas de Staël est cette exaltation colorée, cette fulgurance épurée qui doute entre Van Gogh et Turner.

     

  • Finistère, 17h00, bar des Brisants

    Terra ignota bar finistere

    Finistère, 17h00, la marée étale est dérangée par le vol bruyant de quelques mouettes. Les nuages sont taillés droits et bas, comme une peinture de Maynard Dixon. C'est un temps à s'enfermer dans un bar avec des rêves de nouveau monde. Le bar des Brisants est un havre de marins capables de tenir un verre, l’ennui des escales, un coup de poing, sans broncher. J’avais justement besoin de liqueurs troubles, d’hommes perdus, de tension pour tailler mes espoirs à la dimension des rafiots rongés par le sel et les voyages.

    À la fin du jour, quand la chaleur du soleil sera définitivement apaisée, alors je descendrai au bord de mer prendre la température de l'aventure.

  • Un soir à accoster

    Terra ignota moi je derive

    Un soir aux gabardines gonflées, aux bourrasques salées

    Un soir au ciel impatient, à réclamer un orage

    Un soir de jonque et de saké

    Un soir à accoster

    Un soir à faire sauter la banque ou à prendre le pouvoir

    Un soir brûlant, aux lueurs des lampes tempêtes

    Un soir de la belle époque qui n'était belle que parce qu'elle était d'époque

  • Il prit la mer, symboliquement...

    Terra ignota il prit la mer

    Un homme, très siècle légendaire, exige doucement de son piano quelques notes virtuoses et désabusées pour accompagner son exil. Il joue tout aussi bien la partition du dandy hautain et élégant, insolent et distingué, relevé d'une fermeté étrangement inattendue car sauvage... réflexe de race dit-il comme une excuse toujours mal comprise. Il a ajouté l'arrogance, il y a peu, pour prolonger le noir. Se devine quelque chose d'inné dans cette faculté à s'exagérer sans se défaire d'une légèreté de duelliste. Il parcourt le grand salon des yeux, s'arrête sur l'énorme cheminée aux lignes cisterciennes, cache à demi un sourire. Passé aux tamis de la morale contemporaine, peu de ses traits de caractère survivent aux accusations de la bien-pensance... accusé de s'être délibérément placé à rebours de son époque, sur les hauteurs, de s'être rendu inaccessible aux autres.

    "Anachronisme aristocratique" avait conclu le jugement. L'affaire était entendue comme double accusation, celle d'être obsolète en plus d'être un parasite resté contagieux. Il est vrai qu'il s'est exposé à tous les derniers excès de son siècle... aventures, mauvais sujets, engagements irrévocables... esprit aiguisé de toutes les pierres, frotté de toutes les étoffes... sang, coups, œuvre, désordre... trafiquant clairvoyant, péripéties douteuses de mandarin... aussi le cynisme, celui né d'avoir trempé son imagination dans la réalité. Ils voulurent lui faire porter une croix cousue sur ses vêtements... un bannissement. Il refusa : une faute esthétique plus qu'éthique lança-t-il au Comité de Vigilance.

    Il prit le parti de l'exil, loin des villes fumantes, non pas en paria, mais en homme libre ayant le dégout de cette cité et de ses censeurs moralistes. L'homme bénéficie d'atouts enviables : la nature le reconnait d'entre les siens ! Il prit la mer, symboliquement… pour se purifier.

  • J'apprends l'humain, le vrai.

    Terra Ignota Face a la mer

    Pendant que vous êtes dans vos grandes écoles parisiennes, j'apprends l'humain, le vrai.

  • Hâtivement, fuir la ville !

    Fuir la ville

    Hâtivement, fuir la ville ! On se trompe toujours lorsqu’on croit pouvoir se déplier hors de la forêt, loin des embruns

  • Intense

    Mer

    L’aventure épaissit les secondes

  • Au bar Lean de la rue du Port

    Ruelle

    Récurrence du port, de la mer, des départs, de l’exil, du foyer à l’abri des brisants, les mains calleuses, bourrues d’amitié, le bateau qui sombre et le cimetière face à la mer, habité de cercueils vides de marins … la suspicion que ceux-ci soient naufragés dans un lointain pays exotique. Dans mon imaginaire, la gare, c’est plutôt l’attente, le baiser volé, le hall désert, le train qui déraille, les corps démantelés, les morts, le fer et le feu fondus en un seul crissement aigu. L’aéroport, c’est la modernité, la rapidité, le bond, le voisin anonyme, les fesses de l’hôtesse, l’étroitesse du hublot, le confinement, la démonstration excessive du détournement ou de l’explosion.

  • Les grands silences marins forment la jeunesse.

    Songe

    De mes songes naquirent mes passions, la mer et la solitude, les grands silences marins du large et les rivages austères, les côtes nordiques, le sens de l’éternité et l’écriture.

    Grégoire Dubreuil, 1984

  • La mer

    LA MER

  • Parcelle de mer

    terra-ignota-jonque-en-baie-d-along.jpg

    Mon âme sait très bien que je suis une parcelle de la terre, et mon sang est une parcelle de la mer.

    David Herbert Lawrence

  • La mer grandit

    terra-ignota-haute-mer.jpgDe la mer on retient l’idée de naufrage si on se suffit du cabotage. Au long-cours, la mer grandit.

  • Embarquez !

    terra-ignota-embarquez.jpgIl suffit de jeter son paquetage sur le pont d’un bateau pour goûter l’expérience personnelle de l’histoire, l’extrême de sa personnalité et l'abandon progressif des détails insignifiants.

  • Ubi sunt leones : Amenez la grand-voile !

    terra-ignota-ubi-sunt-leones-ce-que-je-vaux1.jpg

    Accepter des contraintes que l'on a choisies. C'est un privilège. La plupart des humains subissent.

    Eric Tabarly

     

  • Se vaincre ou mourir

    terra-ignota-se-vaincre-ou-mourir-copie.jpg

    Je pressens les désordres de la tempête là où les autres savent la certitude du quai. Cela me convient, je ne peux me réduire à la simple condition d’être humain, il me faut toujours plus, une goutte de sang de loup, de sève ou de mer.

     

  • Le Cormoran

    le-cormoran1.jpg

     

    La vie, la mort, ceux qui vont à la mer.

    Pol Saint-Lazare

     

  • Nous sommes des pirates

    2012-jpb-pochoir-mourir-d-ennui2-2.jpgOn est des pirates parce qu’on est jouisseurs.

    Teilhard du Chardin

     

  • J’aime la mer, elle interroge.

    2012-face-a-la-mer-by-jpb-sign-2.jpg

    C’est en apesanteur que l’on regarde la mer à partir du littoral, en état de concentration pour tenter de voir au-delà de l’insaisissable.

  • Retour au port.

    retour-au-port.jpg

    Si les profondeurs abyssales font écho à l’image des puissances infernales, le port est alors la pieuse représentation de la rédemption de l’âme n’ayant pas sombré dans le péché.

    Lire la suite

  • Cap-horn !

    cap-horn.jpgIl est aisé de s’affranchir de la peur de l’orage à l’abri des villes, dans le confort de la chaleur du troupeau. Le solitaire est un cap-hornier.

  • La fumée noire des cargos ...

    dechargement-de-l-or-du-jean-de-vienne-a-halifax.jpg

     

    Il faut savoir se perdre dans les fumées noires des cargos, la fièvre des voyages et les voix graves qui traversent les rêves.

    Lire la suite

  • La tempête

    1932 Tempête sur le port d'Alger

    En bateau ivre, il faut aller à la mer, dans la tempête et la fureur. Il faut être éclaté, désespéré dans les tourments du monde pour en goûter la douceur à quai.

     

    Lire la suite