Corse

  • Certains paysages sont des états d’âme.

    Terra ignota nicolas de stael

    C'est l’été, c'est le soir. Des nuages effilochés comme des gazes légères filtrent déjà l’azur. Je suis là, énervé des senteurs du maquis du cap corse… encore rouillé de l’hiver et empuanti de la ville… attendant la caresse purificatrice du Libeccio. C’est exactement la couleur sensible et pure du silence qui se peint ici, dans les tons éclatants d’une peinture épaisse de Nicolas de Staël, sans l’ombre d’un être vivant. La terre a passé, en strates successives de grands traits verts stridents aux plus sombres. Le ciel, dans une déchirure vermillon, fait surgir la mer dans l'événement du bleu. Certains paysages sont des états d’âme.

  • Vendetta

    Terra Ignota Vendetta Corse

    Le stylet Corse de la vendetta a l’honneur de l’épée du duel.

  • Les femmes corses sont de nature hostile. Elles sont fatales, injustes et parfaites.

    Terra ignota femme corse

    Les femmes corses sont de nature hostile et vivent encore vigoureusement en affichant leur évidence de plénitude avec simplicité et sans aucune indulgence facile pour les abstractions contemporaines dont elles rejettent la torpide misère. Elles ont depuis longtemps fusillé la légende de la femme mièvre et avancent sans se résigner, sans chanceler, sans décliner. Elles savent leur cycle éternel, n’ouvrent leurs bras bronzés que pour un homme viril avec qui elles partagent la parenthèse tactique de l’enfantement, comme un don ancestral. Les femmes corses ont la beauté instinctive des méditerranéennes, des louves dont le sang est resté fier. Elles savent que les lois de la nature sont beaucoup plus aimables que les lois humaines car elles sont fatales, injustes et parfaites.

    C’est en Corse que l’on comprend que la France n’est plus latine au delà des dernières plantations d’oliviers et des derniers pieds de vignes.

  • L'or et le sang

    oretsangscreen.jpgNous retrouvons avec la publication du tome 3 de L'or et le sang aux éditions 12bis -le scénariste  de l'excellente série Il était une fois en France et des illustrateurs au graphisme impeccable- la formidable épopée de deux hommes que tout sépare : Calixte de Prampéand, l'aristo fortuné, et Léon Matilo, le ruffian corse. La fraternité des tranchées les a réunis. L'amitié, l'aventure balaieront l'amertume du retour à la vie civile et le dégoût des planqués, et les conduiront dans le rif en révolte. Là-bas, à la manière des héros de Kipling et Schoenderffer, ils se tailleront un royaume. Un royaume de rocaille et de sable. Sous la bannière d'Abd El Krim, ils dirigent la guerilla contre les deux puissances colonisatrices, la France et l'Espagne. On croise dans ce dernier tome un officier du 2ème Bureau retors, des politiciens manipulateurs et sournois, un officier espagnol falot et pleutre, devenant El Caudillo pour l'Histoire. Une BD de qualité ancrée dans une période méconnue.

    Pol Saint-Lazare