Parler de politique revient à manquer de conversation