Le surgissement d’une couleur qui aille au monde

Terra ignota le piccadilly rennes

Au petit matin, sur un coup de téléphone à l’improviste, ils se retrouvaient à Rennes dans l’odeur singulière des villes de province encore endormies. Ils en avaient fait une habitude d’escale depuis maintenant bien longtemps. Rien n’avait modifié ce rituel ; ni le changement de propriétaire, ni  la nouvelle décoration ou les profils différents des habitués. « Allo ?... c’est moi ! Je t’attends au Picca ». Ils s’asseyaient en terrasse en attendant l’heure des grandes ombres qui s’allongent, une meilleure lumière. Ils fumaient tranquillement des Lucky-Strike, ne buvaient que des grands whiskies comme des marques d’effronterie, accompagnés d’un grand café hautement aristocratique et colonial. A cette heure-ci, il n’y avait jamais personne. Pas un bruit hors les grands mots qui tranchaient leurs débats avec des reflets épurés et définitifs.

Tournés vers la grande place, ils espéraient le surgissement d’une couleur qui aille au monde… une densité palpable… le baroque d’une aube à l’épaisseur d’un tissu riche et cramoisi.

 

reconstruire la bastide Amitié Occident Rennes

  • 5 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Serann
    • 1. Serann Le 05/07/2020
    J'y ai des souvenirs de fins de nuits qui nous obligeaient à partir séance tenante voir la mer du côté d'Aradon.
  • Brelys
    • 2. Brelys Le 30/08/2019
    Chaque ville à sa folie !
  • Véro
    • 3. Véro Le 26/07/2019
    Le Picca, Rennes, la Bretagne, l'engagement, ma jeunesse.

Ajouter un commentaire