La décadence n’est pas une excuse