Actualité : Fidel à mort

Cuba, une grille de lecture tropicale de la vie stalinienne : une étrange alliance de la brute, du bureau et du sucré. Les politiques y sont grossiers, les dictateurs excentriques, les truands chaleureux et susceptibles, l’administration vérolée, les femmes trompées mais plantureuses, les hommes ivres mais élégants et les écrivains neurasthéniques… le caractère sordide d’une réalité politique sanguinaire nappée avec un zeste de Piña colada, de Cayo Largo et de mensonge. Voilà le coquetèle proposé aux visiteurs obséquieusement décalés et aveugles. Quelle indécence morbide cette fidélité aux vieux mirages d'une si belle révolution vue de Saint-Germain-des-Prés. Imaginons un instant la fête de la bière à Auschwitz avec grosses saucisses et nattes blondes.

les compagnons de la barbarie Piña colada Potemkine quand Saint-Germain-des-Prés collaborait Rhum

  • 5 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Larion
    • 1. Larion Le 11/05/2016
    Le PS nous gratifie du rappeur Black M tête d'affiche du concert pour le centenaire de la bataille de Verdun. On s'en approche de
    la fête de la bière à Auschwitz avec grosses saucisses et nattes blondes
    .
  • Anamy
    • 2. Anamy Le 13/05/2015
    La grande lignée du totalitarisme communiste que le gauchisme culturel a recouvert d'un romantisme archaïque. Hannah Arendt s'interrogeait "comment cela a-t-il été possible ?", entendu : pourquoi cet aveuglement instrumentalisé chez les intellectuels (pseudos?), journalistes et militants à une époque où il n’est plus possible de dire : "nous ne savions pas."
    Le leurre de l'antifascisme, la tactique des "forces progressistes", la terreur, le mensonge, la victimisation ciblée sous couvert de paix et de liberté ont servis de paravent... que dis-je... servent de paravent.
  • Eras
    • 3. Eras Le 13/05/2015
    Le communisme est le cancer du socialisme, comme le national socialisme.
  • H de Bert
    • 4. H de Bert Le 13/05/2015
    L'épineuse question des dictatures communistes jamais tranchée. Les millions de morts de ces régimes ne prouvent pas que le communisme a échoué, mais au contraire, qu'il a fonctionné comme prévu. L'apologie du communisme est de la même origine que l'apologie du nazisme. La troublante nostalgie de nos hommes politiques et des journalistes montrent tout le chemin à faire pour porter le communisme à son procès. C'est cracher au visage de Castro qui aurait été historique et non pas lui serrer la main.

Ajouter un commentaire