Les grands yeux tristes des charognards

Terra ignota decadence occidentale

Les grandes excursions touristiques morandiennes, impériales ou allemandes ont définitivement pris fin. Le romantisme casqué de ces conquêtes du XIXème, menées dans la torpeur confortable d’une Bugatti décapotable, fait place à la transhumance de valets, grooms et boys. Et ces anciens domestiques aux grands yeux tristes, que l’on aimerait nostalgiques, sont devenus des vautours avides de fortune aussi rapide que miraculeuse ; excités par cent coups de fouet de religieux fanatiques et d’exploiteurs interlopes. L’occident, ce dandy décadent, bel endormi repu et désabusé, s'éveille médusé et meurtri sous les premiers coups de becs de ces charognards affamés...

Photo : Film "Le feu Follet"

Etre impérial migrants clandestins lâcheté Feu Follet Paul Morand

  • 5 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Thierry de B.
    • 1. Thierry de B. Le 12/10/2015
    Je suis l'Empire à la fin de la décadence,
    Qui regarde passer les grands Barbares blancs
    En composant des acrostiches indolents
    D'un style d'or où la langueur du soleil danse.
    VERLAINE
  • Armance
    • 2. Armance Le 20/09/2015
    J'ai une nette préférence pour vos écrits joyeux. Faut-il attendre l'été prochain ?

Ajouter un commentaire