terrasse

  • Paris terrasse

     

    Terra ignota paris terrasse

    A table, ils parlent sérieusement de la guerre, du climat, de l'économie, de la pandémie, prenant des airs entendus, inconscient de l’étendue de leur ignorance qui les livre à un destin qu’ils ne maîtrisent plus.

     

  • Du vent de l’hiver il ne reste plus rien

    Terra ignota au bord de la terrasse

    Je vais m'asseoir là, sur la terrasse au bord de mer.

    Le vinyle craque sous les notes de Chet Baker.

    L’ivresse n’est pas venue. C’est pourtant une nuit à faire des feux d'artifice.

    Tout me semble soudain si tamisé à l’ombre d’un soleil qui s’endimanche.

    Du vent de l’hiver il ne reste plus rien à part quelques frissons.

     

  • Actualité : Printemps parisien

    Lui sorbonnard, elle haussmannienne, allant de gauche à droite sur les rives parisiennes en dégustant des Spriz en terrasses. Tous deux un peu lâches, un peu blasés, un peu romantiques. Lui, avec sa théorie sur les filles de moins de trente ans. Elle, avec ses certitudes sur les hommes de cinquante. Flirtant dans leurs tissus printaniers. Elle, robe noir, culotte blanche. Lui, costume gris, chemise blanche. Une certaine beauté, juste et banale ; comme une affiche néo-nouvelle vague, d’un film japonais néo-réaliste. On entend un noir jouant du blues. Un mime tourne les pages blanches d’un livre. Ces petites touches infimes rendent le moment absolu et terne, comme un accablement, en plus feutré.